• VoitureFacile, la voiture tout simplement !

Dacia Spring génération

Dacia Spring, es prix et la gamme 2022 en détail

Comme les autres modèles, la Dacia Spring adopte une nouvelle calandre avec le logo Dacia Link, tandis que les touches de chrome s'effacent au profit d’inserts blancs. L’inscription de la marque est aussi redessinée sur le hayon et le volant. À l’intérieur, le compteur adopte un nouvel affichage couleur, des inserts de chrome apparaissent autour de la console centrale, tout comme des décors gris métal sur les panneaux de porte. Autre nouveauté, la trappe pour accéder à la prise de recharge est plus pratique puisqu’elle s’ouvre latéralement et non plus vers le haut.

Essai Dacia Spring électrique

Elle n’est pas en plastique, mais c’est un carton. En 2021, la Dacia Spring a terminé au pied du podium des voitures électriques les plus vendues en France malgré des pré-commandes ouvertes seulement en mars et des livraisons honorées en octobre. C’est dire le succès qui attend la Spring en 2022 pour sa première année pleine de commercialisation : elle écoule désormais ses finitions Confort et Confort Plus (en plus de la Business, lancée en priorité pour les professionnels et autres services d’auto-partage) et attend encore sa déclinaison utilitaire Cargo, dénuée de banquette arrière.

La Dacia Spring en location a 7 euros par jour

Les magasins Leclerc devraient proposer en location a partir de 7 euros par jour, kilométrage inclus, la toute nouvelle Dacia Spring, la citadine 100% électrique de la filiale roumaine de Renault

Fiche technique Dacia Spring

la Dacia Spring introduit le « low cost » sur le segment de la voiture électrique. Dotée d’une autonomie allant jusqu’à 295 kilomètres, elle entamera ses livraisons à l’automne 2021.

Dacia Spring électrique : l’écologie punitive ?

Vie à bord : low-cost avant tout L’habitacle de la Dacia Spring ne semble pas dater d’aujourd’hui. Son design est clairement dépassé, et il s’accompagne de matériaux basiques et bon marché. Que dire de la sellerie des sièges, digne d’un skaï d’un vieux taxi allemand. Des sièges qui au passage, ne sont pas réglables en hauteur, et dont le confort est plutôt limité. Pas de faux cuir pour le volant, qui se contente de plastique, et fait l’impasse sur des commandes ou un satellite pour piloter l’autoradio. Face au conducteur, l’instrumentation est claire et complète. Les bips sonores ne manquent pas à la moindre fausse manipulation…